What's next : Orion: Software Development in the Browser par Boris Bokowski

A l’occasion de la première édition de la What’s Next Paris, Boris Bokowski, d’IBM Ottawa lab, a animé une session où il présentait Orion, un projet qui a pour ambition de permettre de faire du développement logiciel dans le navigateur.

Présentation d’Orion

Orion permettrait de faire du développement logiciel sur le navigateur, ce qui inclut des fonctionnalités comme l’édition et la navigation dans le code, la recherche, l’intégration avec des outils de versionnage de code, débogage, etc. Boris insiste pourtant sur le fait qu’Orion n’a pas pour objectif de faire tourner un EDI (Environnement de Développement Intégré) dans le navigateur, ce dernier étant généralement qualifié de lourdeur et de lenteur. Le but d’Orion c’est de fournir plutôt un outil web à l’instar de pleins d’autres que les développeurs utilisent quotidiennement, comme par exemple les gestionnaires de bugs (Bugzilla, JIRA, etc.), les outils de monitoring de build (Jenkins, etc.) voire même l’utilisation du navigateur pour consulter la documentation ou pour chercher un bout de code. C’est dans cette catégorie qu’Orion veut se placer: c’est juste un autre outil qu’on lance dans un navigateur.
orion
 

Principes

  • La philosophie d’Orion est d’être un bon citoyen du web. Ainsi, il se base sur des liens ordinaires, permettant ainsi de bénéficier de l’historique su navigateur, gestion correcte du bouton retour et des marques pages, possibilité de partager des liens.
  • Les différents fonctionnalités sont implémentées en différentes pages
  • Un soin particulier est accordé à la vitesse et la légerté, car selon les dires de Boris la vitesse est plus important que la puissance. Il a même avancé que l’éditeur de code d’Orion est plus rapide que l’éditeur d’Eclipse.
  • Faible coût d’entrée.

Etat d’avancement

Actuellement, Orion propose les fonctionnalités suivantes:

  • Un éditeur de code performant
  • Navigation dans la structure du projet
  • Intégration avec les outils de versionnage de code source (Commits, merge, comparaison, etc.)
  • Indexation et recherche des sources
  • Test unitaires

Pour le moment, Orion est limité aux langages Javascript et CSS. Boris a justifié ce choix par la volonté de l’équipe d’Orion d’attirer et de bâtir une communauté autour de ce projet qui permettrait de l’enrichir en contribuant de nouvelles fonctionnalités.

Pourquoi Orion

Le web en tant que plateforme facilite grandement le développement d’extensions. Pleins d’outils (formatage de code source, ) existent déjà et sont accessibles par leurs URLs. Il suffirait alors d’une couche fine au dessus d’Orion pour les intégrer, à l’inverse des EDIs classiques où le coût de développement de plugins est généralement élevé. Pour le prouver, Boris a fait défiler quelques dizaines de slides présentant des captures d’écran de petits services web assez variés, allant des générateurs CSS (fonds d’écran et gradients, coins arrondis, sprites, etc.) aux analyseurs et minificateurs de Javascript, en passant par des utilitaires de manipulation d’expressions régulières.
Boris a insisté sur le fait que le web se trouve être une excellente plateforme sur laquelle on peut développer. Il a cité plusieurs points pour argumenter dont:

  • Le web résout les problème de distribution et de scaling
  • Le web propose déjà un mécanisme de connectivité simple: les liens
  • Mécanisme de mise à jour très simple
  • Moteur de rendu puissant (le navigateur)
  • Apparence facilement modifiable
  • Une communauté nombreuse et active
  • etc.

Démo

Boris ne s’était pas contenté des slides pour convaincre l’assistance du viabilité d’Orion et a dédié une bonne portion de son temps pour faire une démo réelle d’Orion. Il a ainsi pu montrer la vitesse de l’éditeur de code qui arrivait sans problème à gérer des fichiers de source de plusieurs dizaines de milliers de lignes de code, le tout avec la coloriation syntaxique, et une édition et scrolling rapides.
La démo a aussi été l’occasion de montrer l’intégration avec le système de versionnage de source Git, avec la gestion de l’index, de commits, de diffs, affichage de l’historique, etc.
A noter qu’il est très facile de tester Orion: il suffit d’aller à cette page qui contient directement l’éditeur de code. Il suffit ensuite de s’inscrire pour obtenir un compte sur OrionHub où l’environnement complet est disponible.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :