Une journée à Agile Grenoble

0

Article rédigé par Vincent Daviet et Nastasia Saby

Agile Grenoble vu par un développeur (Nastasia)

8h20, à la recherche du World Trade Center grenoblois. Ah ça y est le voilà. En route pour une journée à Agile Grenoble Conférence.

Salle de conférence

Il y a beaucoup de monde : 440 auditeurs, 60 orateurs et les organisateurs sans qui rien ne serait possible.

Après un petit tour chez les sponsors dont Zenika bien sûr, la journée commence par la keynote d’un professeur de français au collège, Christian Den Hartigh. L’orateur explique comment le taylorisme continue à influencer le système éducatif et sa volonté de causer le moins de dégâts possible.

Sa solution consiste à mettre en place les valeurs de l’agilité et le concept de biomimétisme (imitation de la nature) au sein de son enseignement.

Les bénéfices qu’on peut en tirer dans l’industrie du logiciel se révèlent ainsi aussi dans l’éducation.

Keynote dynamique qui montre comment sortir de la sphère informatique tout en restant dans celle de l’agilité.

Je continue par une présentation de l’artisanat du logiciel par Olivier Azeau et du BDD par Gérald Reinhart.

Olivier Azeau fait le constat suivant : il y a beaucoup de conférences et d’articles sur telle ou telle technologie et peu sur l’art même de coder. Pour lui, c’est le fait que les développeurs se concentrent davantage sur les technologies avec lesquelles ils travaillent que sur la manière de développer elle-même qui empêche le mouvement du craftsmanship (artisanat du logiciel) de prendre son essor.

Je ne sais pas vraiment que penser de cette conclusion. Je me demande s’il n’y a pas d’autres paramètres à prendre en compte, mais c’est au moins une piste de réflexion.

Gérald Reinhart nous a montré comment mettre concrètement en place une stratégie de Behavior Driven Development :

  • Rédaction de scénarios en début de feature avec le PO
  • Classement des types de tests : passant, au limite, …

J’ai apprécié cette conférence qui présentait un vrai retour d’expérience.

bdd_conference

C’était aussi l’occasion de rappeler que l’agilité s’adresse aussi aux développeurs et que la collaboration entre les différents corps de métier (PO et développeurs par exemple) est ce qui permet d’accéder au même but.

lego_stand_zenika

Après un délicieux repas et une petite séance de lego au stand Zenika, c’est parti pour une keynote sur le cœur de l’agilité.

Si je devais résumer le propos de l’orateur, Andrea Provaglio, je le citerais « If you want to learn how to dance, dance (si tu veux apprendre à danser, danse). ».  L’idée est que la meilleure manière d’apprendre quelque chose est de l’expérimenter.

C’était une keynote pleine de positivisme très agréable à suivre.

Et puis c’est l’heure de la surprise : par petits groupes et sous formes d’itérations, il s’agit de s’interroger sur des problèmes tels que l’organisation d’une famille selon les 4 valeurs du manifeste agile. Ce jeu porte le nom de « world café ».

word_cafe

A mon sens, c’est une très bonne idée. En effet au-delà de voir comment se servir de l’agilité dans une organisation concrète, c’est aussi un moyen de travailler en équipe par incrément.

Après une présentation sur la revue de code par Manuel Vacelet, histoire encore une fois de rappeler que l’agilité c’est aussi de la technique. En effet, l’une des valeurs de l’agilité, c’est “Du logiciel qui fonctionne plus qu’une documentation exhaustive“. Et il faut bien trouver des solutions pour que le logiciel fonctionne et qu’il permette à l’équipe de rester agile.

Manuel Vacelet nous a alors fait un topo de la revue de code. Il y a 3 solutions :

  • La revue de code après que le code ait été envoyé : il est déjà trop tard.
  • La revue de code avant que le code ne soit envoyé avec une validation par feature (pull ou merge requests) : il n’est pas trop tard et on valide par fonctionnalité, mais cela entraîne la lecture de nombreuses lignes de code d’un coup
  • La revue de code avant que le code ne soit envoyé avec une validation par commit (guerrit) : il n’est pas trop tard et on valide par commit. Ceux-ci ont du sens fonctionnellement, mais cela entraîne de la rigueur et de bien maîtriser son outil de versionning.

Pour l’orateur, la dernière solution est la meilleure. Je ne la connaissais pas et elle me paraît de fait forcément novatrice. Cependant, j’ai du mal malgré tout à imaginer son implémentation concrète.

Je finis par ma propre présentation sur la qualité des tests (Il faut du courage pour développer, des tests qualitatifs à la rescousse). La notion de courage comme l’évoque l’Extreme Programming est au cœur de nos métiers. Et pour avoir ce courage, il faut de la confiance. Alors bien sûr, il y a des pratiques qui permettent d’avoir cette confiance. Parmi celles-ci, il y a les tests. Dans un projet, l’absence de tests ou la non pertinence de tests n’aident pas à trouver ce courage.
Je présente alors plusieurs solutions aux auditeurs : TDD, BDD, refactoring de tests, stratégies de tests, …

Ma présentation semble avoir apporté de nouvelles ouvertures à plusieurs personnes venues l’écouter puisque je discute encore avec certaines dehors devant le Wall Trade Center juste avant de reprendre le train.

Voilà une journée bien remplie.

Agile Grenoble propose beaucoup de présentations mais aussi des ateliers comme celui organisé par Vincent Daviet (Elephant Carpaccio Game : un produit opérationnel tout le temps), membre Zenika et une coach clinic.

Ce genre de salon est l’occasion de réaliser que l’agilité englobe tous les différents corps de métiers qui sont inclus dans un processus de réalisation et que c’est en équipe qu’on réalise les meilleurs produits.

Agile Grenoble vu par un agiliste (Vincent)

Agile Grenoble : lab

Cette année Agile Grenoble se décline en plusieurs volets. J’ai la chance de pouvoir intervenir dès la veille de la grande et renommée conférence Agile Grenoble. Dans le thème Développeurs et Exploitants (Ops), Alain Delafosse a dès le matin fait un très riche tour de l’approche DevOps avec de la théorie et de belles illustrations.

approche_devops

J’anime l’après-midi avec grand plaisir le DevOps Game (version 3), disponible en licence Creative Commons sur mon blog. Ce jeu de mise en production permet de construire et mettre en production des tours très ambitieuses. On ressent tout de suite que les participants sont expérimentés. Ils ont de bons réflexes de collaboration, d’idées sur le process, et surtout ont soif de s’améliorer d’itération en itération. Les objectifs pédagogiques autour des 4 grands thèmes DevOps sont vites assimilés et dans la bonne humeur :

  • Culture collaborative
  • Automatisation des livraisons et déploiements
  • Mesure et indicateurs
  • Partage des défis/indicateurs/outils.

Enfin, c’est au tour d’Olivier Jacques qui nous explique avec brio comment programmer des ChatOps pour favoriser une collaboration ludique. Il utilise pour cela des robots avec lesquels on peut dialoguer (par écrit, et même par oral pour la version grand luxe). Ces robots s’intègrent parfaitement dans des outils de chat comme Slack. Ils permettent en parlant au robot dans le chat de lancer des commandes selon des droits associés, d’obtenir des extractions de statistiques d’utilisation, d’effectuer des recherches parmi des anomalies. Cela donne clairement envie de s’y mettre. Ce fut une excellente illustration pour soutenir une culture collaborative : les outils se retrouvent bien au service des interactions entre individus.

bouteille

Un grand merci à l’équipe d’organisation et à Alain pour son aimable invitation et le cadeau de fin de journée… juste avant de se retrouver au dîner du Before avec une cinquantaine d’orateurs dont beaucoup de têtes sont devenues familières. :)

Agile Grenoble : conf et coach clinic

C’est parti pour ma 7ème participation à Agile Grenoble. Bonne nouvelle, je me suis désormais habitué au fait de choisir sereinement en éliminant nombre de très bonnes sessions proposées en parallèle.

management_slide

« Le management c’est de la pédagogie pour adulte. La pédagogie c’est du management pour enfant. » Christian DenHartigh démarre avec une très belle keynote encore améliorée depuis son intervention plébiscitée à MIX-IT sur la Pédagogie Agile. Incroyable. Cela donne envie de retourner immédiatement en cours pour l’avoir en professeur ! Le biomimétisme et l’agilité lui ont inspiré d’excellentes pratiques, comme :

  • La salle de classe est revisitée avec le contenu au centre et les élèves autour en cercle qui peuvent facilement réorganiser leurs tables.
  • Le papier de colère à froisser et jeter loin.
  • Confronter un choix au hasard : exemple du choix des terminaisons avec une note si on réfléchit, et une note sans réfléchir en lançant en dé. Ma variante, inspirée par Géry Derbier : sortir une pièce de monnaie pour décider lorsqu’une équipe n’arrive pas à trancher. Suivi de quelques questions judicieuses, cela fait bien souvent émerger des critères de décision.
  • Le feedback individuel “doux” en utilisant des smileys imprimés déposés discrètement sur la table.

cle_succes_slide

La session d’Emmanuel Hervé “Soyons collectivement intelligents” est excellente et entièrement illustrée façon facilitation graphique. J’ai hâte que nous collaborions ensemble dès 2017 à Lyon avec ces approches : nombreux tours de paroles, diversité et cohérence d’un groupe, intelligence émotionnelle, etc.

coach_clinic_badge

J’ai également la chance de contribuer à la Coach Clinic, organisée par Laurence Hanot, où j’accompagne plusieurs personnes qui souhaitent progresser face à leurs problématiques, bénéficier d’un effet miroir, et obtenir quelques retours d’expériences ou conseils pratiques. Je note avec le sourire un cas inattendu de supervision où un Coach Agile se fait coacher par un autre Coach Agile.

lego_agile

Je prends un petit peu de temps pour rejoindre mes collègues Zenika sur notre stand habituel pour participer à quelques discussions, et c’est reparti.  Bravo sincèrement à toutes les entreprises qui s’unissent dans les événements et associations agiles locales. Je profite de l’occasion pour féliciter les mots des 2 sponsors gold Thales et Sopra Steria qui ont été très bien menés.

self_organization_slide

Andrea Provaglio nous partage son “Beating heart of agile” légèrement réactualisé. J’ai bien apprécié cette partie : on ne peut pas organiser l’auto-organisation, mais on peut créer un cadre favorisant son émergence. 2 axes de travail pour créer ce cadre : les équipes, leurs leaders.

carpaccio

Je termine la journée par l’animation du Carpaccio Game : l’art de bien découper les exigences en agilité (user stories). Cet exercice créé par Alistair Cockburn est disponible sur son blog. Comme il y a trop peu de développeurs à la session, nous déroulons uniquement la première partie de découpage théorique sur des post-its. Nous en profitons pour prendre bien le temps d’échanger sur différentes stratégies possibles à la fois technique et business. Jean-Paul Sibué avec qui nous avons utilisé cet atelier pour aider les équipes de la CNAMTS nous fait le plaisir de partager son point de vue et un retour d’expérience. Il nous raconte les solutions que nous avons trouvées sur des cas difficiles d’une application très technique qui ne possède aucune interface graphique.

tableau
Et apparemment cela a bien plu à ceux qui ont laissé du feedback en sortant. :)
Et quelle chance j’ai même reçu le sourire d’un participant à ma session d’initiation à la Facilitation Graphique d’Agile Grenoble 2015.
Rendez-vous donc l’année prochaine. 😉

Partagez cet article.

A propos de l'auteur

Développeur, membre de l'Association Française des Utilisateurs du PHP, passionnée de programmation en général et toujours en quête de perfectionnement, après avoir fait des études un peu partout (Toulon, Argentine, ...) j'ai commencé mes premières années chez CGI Lyon avant d'arriver chez Zenika toujours à Lyon en tant que consultante.

Ajouter un commentaire