Design : Et un petit coup de polish !

0

À un repas de famille : « Donc maintenant tu fais quoi ? – Je suis designer d’interfaces… »
Gros blanc, je sors les rames pour expliquer à la grand-tante de presque 80 ans ce que je fais de mes journées. Vous me direz, c’est logique qu’elle ne comprenne pas trop et que ce soit abstrait pour elle.

Et finalement pour vous qui me lisez, être designer, c’est quoi ?

Pour le dictionnaire Larousse, un designer est un “Créateur spécialisé dans le design”. Je suis donc une créatrice spécialisée dans le design. Je ne pense pas que pour ma grand-tante de presque 80 ans, ça soit plus clair. Pour vous non plus… Pour moi non plus d’ailleurs.

Du coup, revenons aux bases.

Dans les métiers du “design” aujourd’hui, nous avons (et pas par ordre d’importance) des graphistes, Directeurs artistiques, UI designers, concepteurs-rédacteurs, product designers, maquettistes, UX designers, UX researchers, motion designers, webdesigners… le tout sur des expertises comme le print, la signalétique, le web, le mobile, le packaging… et un large panel de compétences : marketing, psychologie, processus d’impression offset, HTML, CSS et JS, illustration, vidéo, animation, typographie, publicité, ergonomie web, édition, culture graphique, tests utilisateurs, vocales, accessibilité… La liste est longue et non exhaustive !

Chaque personne a, par son parcours personnel et professionnel, une appétence pour une ou plusieurs expertises et s’y spécialise. Nous avons tous un point commun : répondre à un besoin impliquant la conception d’une interface.

Qu’est-ce qu’une interface ?

C’est avant tout un moyen de communication. Par abus de langage, nous pensons essentiellement aux interfaces numériques, les fameuses Interfaces Homme Machine (IHM). Mais tout élément de communication est une interface. C’est un moyen de diffusion d’informations. Par exemple, un panneau de signalétique dans une ville est une interface permettant de s’orienter. Elle répond à des règles de psychologie (appréhension de l’information par un humain), d’ergonomie (positionnement dans l’espace par exemple) et techniques (matière utilisée, etc.).

Alors pour revenir à la définition du designer d’interface : c’est un concepteur de moyens de communication entre un homme et son environnement.

Ça, c’est fait.

Maintenant que nous avons une idée de ce qu’est un designer, voyons ce qu’il n’est pas.

Un designer n’est pas un “artiste”.

Il ne fait pas non plus de jolies choses.
Et n’aura pas la réponse à cette grande question philosophique de “Qu’est-ce que le beau ?”.

Accordons-nous sur le fait que la beauté est liée à des critères personnels impliquant ses propres goûts, son expérience, son environnement culturel et temporel et est vouée à évoluer. N’avons-nous pas tous aimé cet infâme t-shirt de notre adolescence ?

Tout comme nos goûts, le design est lié à l’environnement culturel et temporel, à son cadre d’utilisation, aux habitudes et finalement à l’humain. Car oui, nous concevons avant tout pour des humains. Comme nous concevons pour des humains, nous concevons pour répondre à un besoin.

Pour revenir à la définition du métier de designer d’interfaces, il s’agit d’un concepteur de moyens de communication entre un homme et son environnement afin de répondre à un besoin. Quel qu’il soit.


Cette explication même si elle me satisfait, est toujours complexe à imaginer pour ma grand-tante. Du coup, que faire ? Quelle serait votre définition ?

Et vous comment percevez-vous le métier de designer ?

Partagez cet article.

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.