Retour sur le FOSDEM 2019

0

Samedi 2 février 2019, c’est parti pour une nouvelle édition du Free and Open Source Software Developers’ European Meeting aka FOSDEM !
Chaque année, des milliers de développeurs se retrouvent pendant 2 jours à la mythique Université Libre de Bruxelles afin d’échanger autour de leurs technos préférées. Autant vous dire qu’ici, on n’est pas là pour faire semblant. Le niveau technique est hallucinant et on y retrouve la crème de la crème de tous domaines. 🙂

Au programme de cette année, ce n’est pas moins de 760 événements répartis sur plus de 60 tracks dans 33 salles le tout en live stream. Une organisation diaboliquement efficace ! un énorme merci aux nombreux organisateurs bénévoles ainsi qu’aux différents sponsors pour ce super événement totalement gratuit.

Parmi les 33 tracks on retrouve un véritable melting pot de technologies:  Langage de programmation, Distributions Linux, Bases de données, Réseaux, Stockage, HPC, RTC, Virtualisation , Mozilla, Geospatial… Impossible de ne pas trouver chaussure à son pied ! Le CFP du FOSDEM doit vraiment être une aventure hors du commun.

Donc forcément tous les ans c’est la même chose : dur de choisir parmi cette multitude de conférences toutes aussi intéressantes les unes que les autres.

Le retour ci-dessous ne représente pas l’intégralité du FOSDEM. J’ai préféré me focaliser sur 3 tracks: Go, Container et Monitoring and Observability.

Je sens que je vais bien m’amuser.

FOSDEM 2019 - Zenika

Day-1

GO-dev room

Fort de son succès, la GO-dev room est complètement pleine. Impossible d’y mettre les pieds… Mais le FOSDEM c’est aussi la possibilité de rencontrer beaucoup de personnes. Je passe le début de journée à discuter Ingress Controller et CI/CD avec des membres de Cloudbees (Jenkins) et Containous (Traefik).
J’arrive finalement à me frayer un chemin pour regarder John Griffith nous faire un live coding gRPC / Protobuf en GO.

Infra Management

Je prends ensuite place sur le track Infra Management et c’est Till Maas (Redhat) qui nous parle d’Ansible au travers du projet https://github.com/linux-system-roles.
C’est toujours aussi intéressant de voir comment les outils de config management réussissent à nous permettre de faire abstraction des versions de distribution sous-jacente qu’elles soient anciennes, actuelles, mais aussi futures…

Pulp 3

J’y suis, j’y reste, c’est au tour d’Austin Macdonald (Redhat) de nous présenter le travail effectué sur Pulp 3 depuis plus d’un an. Pour rappel, Pulp est un outil de management de repository / contenu permettant de les réunir en un seul point (docker, rpm, puppet, python, etc.)
La version 3 arrive entre autres avec un jeu de plugin, des repos versionnés, du lazy sync, des performances améliorées. On finit par une rapide démo d’une synchro de repo Dockerhub.
Le projet Pulp à besoin de vos retours pour dresser la liste des plugins à implémenter donc n’hésitez pas : [email protected]

Plus d’information sur Pulp : https://pulpproject.org/

FOSDEM 2019 - Zenika
Best practices Terraform

Place à Anton Babenko pour nous parler best practices Terraform dans un amphi plein à craquer.
Terraform, c’est simple, rapide, mais très vite on se retrouve à devoir gérer un main.tf de plus 50 ressources… Du coup on refactor en modules… Et là c’est le début des ennuis…
Et oui, développer un petit module, c’est simple. Développer un module utilisé par des millions de personnes l’est beaucoup moins.

On s’attaque donc au coeur du sujet, comment gérer efficacement ses modules. Comment les développer efficacement, comment les interconnecter, comment gérer la séparation des ressources au sein d’un module, etc.

Anton nous présente ensuite Terragrunt, les stateful lists via jsonnet et l’intégration de Terraform dans des scripts shell pour ensuite terminer sur les features de la v0.12 dont l’ensemble est disponible ici.

Un excellent talk pour tous les utilisateurs avancés de Terraform qu’on ne peut que conseiller.

Oh, ce n’est pas fini ! Anton nous a concocté un petit bonus : il travaille actuellement sur un projet permettant la génération automatique de votre code terraform à partir d’un schéma d’architecture AWS sur Cloudcraft.

Le projet est accessible sur son github

Automate Kubernetes Workloads with Ansible

Je finis la journée devant le talk de Michael Hrivnak « Automate Kubernetes Workloads with Ansible ». Les opérateurs Kubernetes ont la côte en ce moment, néanmoins l’écriture de code GO pourrait en faire reculer plus d’un. D’un autre côté, dans de nombreuses entreprises, la gestion des workloads est effectuée avec Ansible. Pourquoi ne pas réunir les deux mondes au travers d’un opérateur qui pourrait s’appuyer sur des playbooks Ansible ? C’est ainsi qu’est née Ansible Operator in Kubernetes.

Day-2

Une bonne nuit de sommeil et on attaque directement avec une présentation de LSM par John Johansen qui malheureusement pour lui n’a pas suffisamment prié les Demo gods.

Nouvelles fonctionnalités de stockage dans Kubernetes

C’est confirmé, je passe la journée dans la container room et on continue avec John Griffith (Redhat) qui nous présente les nouvelles fonctionnalités liées au stockage dans Kubernetes:

Avancement sur Mgmt Config

Comme l’an dernier, James Shubin vient nous présenter son avancement sur Mgmt Config mais cette fois-ci avec des containers. Mgmt est un gestionnaire de configuration basé sur les événements système, ce qui permet notamment de lancer des commandes comme rm helloworld.txt && cat helloworld.txt .
James commence par nous présenter les reactive variables de Mgmt puis une démonstration de son orchestrateur distribué sur 3 noeuds. Il finit par une démonstration d’équilibre de charge de VM KVM basé sur le load average de son hôte.

James est un très bon orateur et son produit est très prometteur. Vous pouvez retrouver plus d’information sur le github du projet.

Fonctionnalités et responsabilités de Containerd

On passe ensuite sur Containerd update par Phil Estes (IBM) qui nous offre un deep dive sur les fonctionnalités et responsabilités de Containerd ainsi sur son utilisation dans de très nombreux projets comme:

  • Docker
  • Buildkit
  • Alibaba pounch
  • Most of cloud providers
  • Firecracker
  • et beaucoup d’autres

FOSDEM 2019 - Zenika

 

Speed run Kubernetes Network Security Demystified

Après une bonne dose de runtime, que dites-vous d’un deep dive réseau ?

C’est ce que propose Andrew Martin (Controlplaneio) pour un speed run Kubernetes Network Security Demystified. Vous l’aurez compris, on va parler ici d’encryption TLS à tous les niveaux aka « Zero trust ».
Si vous n’y êtes pas allergique, je vous recommande fortement ce talk qui permet de comprendre pourquoi il devient indispensable d’avoir de l’encryption à tous les niveaux.

Un petit passage vers les outils nous permettant de simuler nos firewall legacy: network policy et netassert avant de s’attarder un peu plus sur SPIFFE, un jeune projet (CNCF) permettant l’identification de workloads de façon sécurisée. SPIFFE sera notamment utilisé dans Istio lorsqu’il sera mature.

Kubernetes Metrics with Prometheus: Past, Present and Future

On finit la journée sur un deep dive: Kubernetes Metrics with Prometheus: Past, Present and Future. Prometheus s’est très rapidement imposé comme un standard pour la gestion des métriques. Le monitoring et l’observation sont parmi les fondements du DevOps, pas étonnant donc de voir autant d’enthousiasme autour de ce produit.

FOSDEM 2019 - Zenika

Ici Matthias Loibl et Sergiusz Urbaniak (Redhat) font un focus sur l’adaptateur Prometheus pour Kubernetes qui permet de modifier le comportement de l’ordonnanceur Kubernetes afin de prendre des décisions plus précises en fonction de requêtes configurées par l’utilisateur. Il permet aussi le support des custom metrics qui peuvent s’avérer très utiles pour par exemple configurer un autoscaler sur un seuil de hit http par seconde.

La roadmap de cet adaptateur comprend entre autres les éléments suivants :

  • Support des métriques externes
  • Support de configuration complexe
  • Un possible refactoring basé sur des CRDs

Bilan

Pas de surprise, le niveau technique du FOSDEM est impressionnant. Des milliers de passionnés, des speakers de qualité, une organisation finement rodée sont toujours au rendez-vous. C’est clairement le meeting européen où l’on peut rencontrer des contributeurs de tout genre.
Les amphithéâtres des tracks Golang et containers étaient bondés de monde et avec beaucoup de previews, signe qu’on va encore en entendre parler pendant un moment et ce n’est pas pour me déplaire 🙂

Un énorme merci aux organisateurs et si jamais vous n’avez pas eu l’occasion d’y participer, n’oubliez pas que beaucoup de vidéos sont déjà en ligne sur video.fosdem.org/2019.

Une dernière gaufre liégeoise avant de reprendre la route : See you next year !

 

Partagez cet article.

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.