Viens, on parraine une ruche ! On l’appellerait la Zeniruche

1

Tu veux lire un article technique sur le blog de Zenika ? Comme je te comprends ! Mais tu n’es pas arrivé sur la bonne page et je te conseille vivement ce super article de mon collègue Guillaume : Shell, mon amour.

Mais si tu veux rester, je peux te parler des abeilles, du pourquoi et du comment du parrainage de notre ruche, et, en passant, du greenwashing.

Avant la ruche, ZenApp

Nous sommes le 26 juin 2017, la rédaction de RMC fait fuiter un document interministériel qui démontre une volonté d’assouplir la réglementation sur les néonicotinoïdes. (Les quoi ?!) Derrière ce mot barbare se cachent des insecticides agissant sur le système nerveux central des insectes, et plusieurs études ont mis en évidence leur toxicité sur les abeilles.

Comme un certain nombre de mes collègues, je suis légèrement remonté, et décide dans la foulée d’agir et de lancer une bouteille à la mer. En langage d’aujourd’hui, cela consiste à remplir un formulaire sur notre intranet pour proposer une idée, ce qui est beaucoup moins romanesque, je vous l’accorde.

Car oui, les cordonniers ne sont pas forcément les plus mal chaussés, et nous disposons chez Zenika d’un bon outil, développé en interne, pour faire des propositions, voter, commenter.

Libre ensuite à la direction de les accepter, de les refuser, ou de les reporter.

Par exemple, voici une idée refusée :

4 jours de congés en plus pour les gueules de bois

Je suis loin d’être contre quelques bières, mais ce n’est pas le sujet et ma proposition était de faire parrainer une ruche par Zenika :

ZenApp, l'application qui nous permet de poster des ZenIdea.

Après un peu de lobbying, l’idée devient la plus votée depuis la création de notre boite à idées, je suis ravi !

Quelque temps plus tard, l’idée est acceptée par la direction, et il nous a fallu trouver l’apiculteur avec lequel nous voulions être partenaire.

Dès le début, il est clair que cette idée ne doit se faire qu’en respectant certains critères :

  • Label biologique
  • Abeille noire locale
  • Pas en ville
  • Possibilité de rendre visite à l’apiculteur

Pourquoi ces critères ? C’est justement l’objet de cet article, pas de spoiler hein.

Greenwashing

S’il y a bien un truc malhonnête qui traîne depuis quelques années maintenant, c’est le bon gros greenwashing en mode « plus c’est gros, plus ça passe”.

Source: mrmondialisation.org

Donc quand je vous parlais des 4 critères dans l’introduction, ce n’était pas pour faire joli, ce n’était pas pour s’assurer d’un bon tweet, d’une belle plaquette publicitaire. Non, c’était plutôt essayer de faire les choses bien, ou plutôt “au mieux”.

Bref, on s’assure que ce qu’on fait n’est pas contre-productif écologiquement.

Je me laisserai même aller à une comparaison sur nos interventions techniques chez nos clients : on ne se lance pas n’importe comment, on analyse, on apprend, on prend le temps, et on fait au mieux.

Malheureusement, bon nombre d’entreprises se lancent dans les parrainages de ruches en pensant faire une bonne action. Mais l’enfer est encore et toujours pavé de bonnes intentions, liste non exhaustive :

  • Les ruches en villes sont totalement inutiles, voire une fausse bonne idée.
  • Le miel est bien souvent entièrement récolté, donc pour passer l’hiver on donne du sucre aux abeilles, alors qu’il est largement préférable de leur laisser une partie de leur miel (environ 20%).
  • Les ruches avec des abeilles non endémiques (en bref qui ne viennent pas du coin) sont en train de causer la disparition des abeilles locales.

Bref, l’objectif du parrainage n’est pas de faire de la communication (dit le mec qui est en train d’écrire un article de blog), mais d’opérer une contribution écologique de l’entreprise. J’en profite pour signaler que cet article a été écrit de ma propre initiative.

Bien sûr il faut être honnête, Zenika y trouve son compte, puisque les salariés sont heureux et fiers de cet engagement, en parlent autour d’eux, propagent donc une image positive, etc.

Je m’arrête là sur le greenwashing.

Sinon pour l’anecdote on dit écoblanchiment en français !

Le parrainage de la ruche

Vous en savez plus sur le greenwashing et sur les engagements de Zenika. Mais le parrainage, comment s’est-il passé dans tout ça ?

Afin de faciliter les démarches, nous avons décidé de passer par la société Un toit pour les abeilles, à qui nous avons communiqué nos 4 critères. Ils nous ont mis en relation avec Thierry Salavin, avec qui nous avons pu discuter de tout ça.

En janvier 2018, nous actons le partenariat avec Thierry et sa miellerie : la Miellerie du Peuple Zélé.

La miellerie du Peuple Zelé

Thierry est situé tout près de la chaîne de Belledonne, dans les montagnes près de Grenoble. Il utilise un type de ruche qui permet de mieux respecter les abeilles, il s’agit des ruches dites Warré.

Elles ont été créées par l’abbé Émile Warré, dont le but était d’obtenir une ruche la plus proche des conditions naturelles de l’abeille, tout en étant pratique pour l’apiculteur.

Un cadre de ruche avec les abeilles au travail.

Par exemple, ce type de ruche permet aux abeilles de construire elles-mêmes les rayons.

Les rayons ? C’est quoi ça ? C’est simplement les petits trous en forme d’hexagone que tu as forcément déjà vus quelque part. Et chez Thierry, ils ne sont pas préfabriqués, les abeilles font tout elles-mêmes.

L’entrée se trouve en bas des ruches.

Thierry travaille en agriculture Biologique, je ne rentre pas dans le détail, vous pourrez faire vos propres recherches, mais le label nous assure d’un certain nombre de choses concernant :

  • La zone de butinage
  • Les matériaux de la ruche
  • Le type d’alimentation pendant l’hiver
  • Les traitements contre les maladies
  • L’utilisation de pesticides
  • Les mélanges de miel

De plus, la Miellerie du Peuple Zélé est également certifiée Nature et Progrès, un label orienté vers une agriculture à taille humaine, respectueuse de l’environnement et de l’homme.

Ce label est beaucoup plus strict, notamment sur l’alimentation pendant l’hiver, sur l’interdiction des antibiotiques, et sur l’aspect génétique.

Le cahier des charges complet est disponible ici :
https://www.natureetprogres.org/les-cahiers-des-charges-2/#dflip-df_8158/1/

L’espèce d’abeille

Au niveau du type d’abeille, nous souhaitions avoir des abeilles de l’espèce “abeille noire”, il s’agit de l’espèce endémique en Europe, qui résiste bien à l’hiver car adaptée à notre climat.

Cette espèce est menacée par d’autres espèces issues de croisements, dont le but est d’obtenir des abeilles plus productives, ou plus résistantes à certains parasites.

Thierry nous a confié qu’il était très difficile d’avoir des abeilles à 100% de type “abeille noire”, et qu’elles sont forcément issues de croisements, mais qu’il fait de son mieux pour sélectionner des lignées locales pour ces abeilles.

Après le parrainage, la visite du rucher

Après quelques mois de parrainage, nous avons l’opportunité de visiter le rucher, le dimanche 14 octobre 2018, et le beau temps est au rendez-vous !

Vue sur la dent de Crolles.

Après une bonne heure de voiture depuis Lyon, on gare les voitures et nous grimpons jusqu’à la ferme. Nous sommes une vingtaine.

La montée !

Thierry nous accueille et nous donne les explications.

Par petits groupes de 6/7 personnes, groupe après groupe, nous allons enfiler les combinaisons pour aller voir les ruches de plus près.

Thierry Salavin, apiculteur de la Miellerie du Peuple Zélé

Une fois les tenues enfilées, on arrive devant les ruches. Et à ce moment précis on ne fait pas trop les malins, car c’est très impressionnant, des milliers d’abeilles et de bzzz autour de soi, d’autant que nos mains ne sont pas vraiment protégées.

Mais on se rend vite compte qu’il n’y a aucune raison d’avoir peur !

Un cadre d’une des ruches qui vient d’être ouverte.

Thierry répond à toutes nos questions, nous explique le fonctionnement de la ruche, le mode de communication des abeilles, et tout ce qui touche à son métier et aux abeilles.

Il nous permet également de goûter le miel en glissant un doigt dans les rayons, sans trop embêter les abeilles, et c’est délicieux !

On a même pu faire une mini séance de méditation, allongés aux pieds des ruches, avec le son du ballet des abeilles qui rentrent et sortent de leur maison :

Et pendant que certains sont avec les abeilles, les autres attendent leur tour en s’amusant :

Ou en finissant leur nuit :

Après toutes ces émotions, la faim se fait sentir. Et on se lance alors dans un petit pique-nique sur les hauteurs de la ferme de Thierry, face à la chaîne de Belledonne.

Après une petite ballade aux alentours et le ramassage de plusieurs kilos de marron, nous rentrons à Lyon.

Si vous passez par Grenoble, n’hésitez pas à vous arrêter à la boutique de la Miellerie du Peuple Zélé, du miel produit dans ces conditions c’est encore trop rare.

Et maintenant ?

Nous sommes un an après le début du parrainage et nous avons reçu tous les pots de miels liés au parrainage. Chacune des 9 agences de Zenika en a reçu une dizaine, même les plus lointaines de Montréal et de Singapour !

Et maintenant quoi ? Maintenant on peut commencer par renouveler le parrainage :

Et on lance d’autres initiatives !

Par exemple, changer de fournisseur d’électricité pour Enercoop pour les 7 agences de Zenika situées en France.

Remerciements

Merci à toi Thierry, et à tes abeilles, je suis très heureux que le parrainage soit renouvelé.

Merci à Zenika, au CE de Zenika, et à mes cher.e.s collègues qui ont soutenu la démarche, qui se sont impliqué.e.s, ils et elles se reconnaîtront.

Merci à Clémence et Justine pour les photos.

Pour aller plus loin :

Pas de bibliographie, l’essentiel des informations vient directement des discussions avec Thierry, ainsi que des différents liens présents dans l’article.
Cependant, si vous voulez aller plus loin, je vous conseille vraiment ce site :
http://ruchesdebiodiversite.fr/category/vie-des-abeilles/

Partagez cet article.

A propos de l'auteur

Ancien développeur backend à base de Java et de Spring, j'ai basculé du côté obscur voilà quelques années. Désormais formateur Angular, j'interviens également sur de Vue.js.

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.